Les refugiés malgré tout, ils essaient d’entreprendre.

Nous sommes à Mbarara en Ouganda, des Burundais ont investi dans l’éducation des enfants qui ont fui le pays.  Une école  nommé  Mbarara International Vocational school dont le représentant légal est  Godefroid Ntikabavamwo.

Godfroid NTIKABAVAMWO

Selon lui, certains élèves sont incapables de payer le minerval. Des projets pareils obligent beaucoup de moyens financiers comme les salaires du personnel, payer l’électricité etc. C’est dur mais il le fallait absolument comme le précise l’orateur.

Les enfants  comme vous le savez prennent souvent des chemins divers au niveau comportemental. Ici on entend la débauche. Alors, les Burundais se sont associés pour redresser la pente ajoute cet éducateur en exil en Ouganda.

Ce refugié qui a entrepris en ce projet avec d’autres burundais dit que la vie  continue et qu’il faut garder espoir. Il faut oser et ne pas baisser les bras à l’entendre parler.

Mais face à ces difficultés, il faut s’adapter et aider ces enfants à étudier, redresser la pente car ils ne sont pas dans leur pays. Ils apprennent même en anglais et ils s’y adaptent aisément selon M  Ntikabavamwo. Il en appelle alors à ceux qui peuvent prêter main forte dans cette action louable de contribuer pour éduquer les enfants burundais sans oublier même ceux ougandais.

La Rédaction

(Visited 152 times, 1 visits today)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *