Rwanda Kigali : Actuellement, aucun travail n’est incompatible aux filles exilées

Généralement, il y a des travaux réservés aux garçons, mais le cas d’une fille tenant une boucherie est une exception.

Elle s’appelle Fabiola H.une élève refugiée à Kigali. Elle vivait au dépend d’une famille aussi exilée suite à la crise socio politique de 2015. La vie de chômage était dure pour elle car ses besoins étaient toujours insatisfaits. Après deux ans sans emploi, elle a décidé de chercher un travail n’ importe lequel. Elle a enfin trouvé ce travail dans une des boucheries du marché de Kimironko dans la ville de Kigali. Fabiola témoigne que durant son chômage extrême, c’était une période obscure et difficile car elle ne pouvait rien s’acheter. Mais depuis qu’elle a commencé le travail elle peut se procurer pas mal de choses.

“J’ai fait ce travail même si c’était la première fois dans ce travail. On m’a enseigné comment on entretient les viandes fraiches et l’ajustement des prix. Dans tout travail, il suffit de prendre avec soin les instructions données,” a relaté Fabiola. Elle précise qu’à défaut du travail qu’on veut on choisit celui qui se présente. La plupart des familles en exil connaissent un problème du nombre de personnes à faire vivre. C’est un grand avantage de trouver un boulot pour apaiser ce joug familial. “On devient responsable de soi-même et soutenir matériellement les autres membres de la famille,” a laissé entendre cette jeune fille. “C’ est pourquoi il faut chercher tout travail tout petit soit-il surtout ceux qui attendent dépendre de leurs familles,” a-t-elle ajouté.

Fabiola a donné conseil aux jeunes filles qui sont souvent victimes de la ruse des garçons, à vaquer aux activités génératrices de revenu et d’ éviter tout mauvais comportement qui peut gâcher leur vie. Elle a interpellé toute personne surtout les filles de chercher du travail sans distinction aucune pour préparer un avenir meilleur. Quant aux organisations qui appuient des initiatives de développement ; de soutenir les réfugiés enfin d’améliorer leur niveau de vie.

La Rédaction

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *