Carence d’eau dans une des zones du camp de Nduta en Tanzanie.

Une pénurie d’eau dans la zone 16 de ce camp rend la vie des réfugiés burundais difficile.

Nous sommes au camp de Nduta en Tanzanie où s’observe une pénurie élastique d’eau en zone 16 de cette localité. Une des réfugiés dit que trois jours peuvent passer sans avoir aucune goûte d’eau, ce qui rend la vie de ceux-ci difficile. Elle précise qu’elle et ses voisins doivent aller acheter de l’eau en dehors du camp, ce qui est pénible.

En zone 14 l’eau y est et c’est loin car elle souligne qu’ils doivent traverser une route. Et si par chance, l’eau vient, c’est pour un laps de temps et cela très rarement, déplore notre interviewée. Elle insiste en demandant aux responsables d’ONG et le HCR de faire tout pour avoir cette denrée combien utile pour la vie humaine.

Le responsable chargé de la propreté au camp dit que durant trois mois la zone 16 est perturbée quant à la disponibilité de l’eau. Il avance que l’ONG Oxfam a été approchée et les doléances accueillies. Un cadre chargé de faire le suivi dans toutes les zones est venu après pour s’enquérir de la situation et a même donné son numéro de téléphone pour qu’en cas de besoin on peut le contacter, ajoute le chargé de la propreté.

Après cette étape, les réparations ont suivi et l’eau a coulé pendant une petite période, affirme-t-il. Il explique que dans d’autres zones l’eau y est toute la journée excepté la zone 16. Lui aussi insiste pour qu’une solution durable face à cette pénurie soit trouvée.

Signalons que cette carence est survenue au moment de la saison sèche où la saleté corporelle et de l’intérieure de la maison devient un problème évident.

La Rédaction

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *