Diaspora : Madame Gloriose Kagayo revient, après 5ans de silence, avec YAGA TWUBAKE

 

Après 5 ans de silence, la célèbre émission “Yaga twubake” de Marie Gloriose Kagayo, ancienne journaliste de la RTNB, est de retour pour stabiliser les relations dans la vie des couples Burundais, ici et là et partout dans ce monde.

Femme de bientôt 60ans, d’origine Burundaise, résidante actuellement au Canada, Marie Gloriose Kagayo est une mère de 4 enfants et grand-mère de 2 petits enfants. Avec son Bac en communication Social, elle débute sa carrière de journaliste, en 1985, à la Radio Télévision Nationale du Burundi. Elle sera très connue et réspectée grâce à son émission “Yaga Twubake”. Une émission qui a beaucoup aidé la communauté burundaise, dans leur foyer, et les jeunes qui se préparaient pour le Mariage.

Yaga twubake, que d’une part, classe de révélation divine reçue après l’accident de voiture qui lui a fait trop mal à la jambe, a été créée en 2000 par Marie Gloriose Kagayo à la radio Nationale. Elle sera interrompue 13 ans après, donc en 2013, l’année à laquelle elle quitte le pays en destination du Canada.

5 ans en silence, Marie Gloriose se consacra à la religion. Elle fut directrice d’une ministère religieuse où elle prèche la parole divine. Madame Kagayo ne cèsse de rever cette emission, elle remarqua qu’elle est en manque d’une chose importante qu’elle avait reçu de Dieu, Un don du ciel.

Pour ce , Madame Kagayo a décidé de reprendre sa vocation d’éducatrice des jeunes couples et conseillère d’un bon chemin pour de bonnes relations familliales.
YAGA TWUBAKE d’aujourd’hui devient spécial. Elle mixe le social et la croyance spirituelle. Un bon foyer se trace un repère à la bible, et va s’unir en amitié à la prière. Telle est Yaga twubake que Marie Gloriose Kagayo vous propose à travers des rèseau sociaux. Une emission dont la présentatrice dédie à la communauté burundaise en exile, nous remercions du fond du coeur cette dame, une burundaise rempli de bonne qualité, Marie Gloriose Kagayo, d’avoir encore pensé à nous.

La Rédaction

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *