#Diaspora, une main forte pour épauler la communauté burundaise en exil.

Le peuple Murundi a toujours été caractérisé par l’esprit d’entraide mutuelle.La contribution de la diaspora au développement des réfugiés serait une occasion de s’impliquer davantage dans l’amélioration de leurs activités génératrices de revenus.

 La crise sociopolitique de 2015 au Burundi a poussé des milliers de burundais à l’exil dans les pays voisins. La vie se révèle très difficile pour les familles qui se sont retrouvées sans travail, sans soutien et loin de leur pays natal en ayant laissé tout derrière elles.

Cependant, même si les conditions de vie n’arrangent pas les choses, la volonté de travailler, d’user de leur force et de leur intelligence pour sortir de la pauvreté reste toujours dans le cœur de ces réfugiés mais le manque du capital leur fait défaut.

Au Rwanda, dans le secteur Nyamirambo à Kigali, trois femmes burundaises se sont regroupées au sein d’une association dénommée « Mukenyezi Haguruka ». Elles ont pu réaliser un projet de vente des vivres grâce au soutien des membres de la diaspora.  C’est madame Ruth Nirere qui habite en Italie et madame Aline Hagerimana de Montréal au Canada qui les ont soutenues

Animées par la générosité et la passion de voir ces réfugiées burundaises sortir des difficultés, ces deux dames ont pu mobiliser leurs ami(e)s, ainsi, elles ont collecté une somme d’argent qui a servi de capital pour débuter les activités de l’association « Mukenyezi Haguruka ».

“J’étais à Kigali avec mes ami(e)s, nous avons fait connaissance de ces mamans de Nyamirambo. Nous les  avons trouvées dans une situation précaire  et nous avons vu qu’elles ont besoins d’aide. Grâce à nos ami(e)s de la diaspora, avec le suivi de la Maison Shalom, ce projet a pu commencer depuis Janvier 2019.” confie Ruth Nirere.

Selon les membres de l’association Mukenyezi Haguruka, un esprit de travailler en équipe et l’amour du travail pourrait aider bien d’autres réfugiés  à avoir une vie indépendante et meilleure dans les pays d’accueil.

L’appel à la solidarité est lancé aux autres burundais afin de suivre le même exemple pour la  contribution au développement et au bien être des réfugiés.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *