Grogne des séropositifs du camp de Lusenda en RDC

Les réfugiés vivant avec le VIH ont des problèmes vitaux suite à leur maladie.

Ces burundais qui ont fui le pays disent avoir des difficultés de nourriture du fait qu’ils ne reçoivent plus de la bouillie qu’ils avaient l’habitude de consommer. Au niveau corporel, puisque ceux qui sont chargés de les suivre ne trouvent pas un remplacement de médicament quand un des traitements échoue, la peau change.

Ils avancent que normalement, ils devaient avoir accès à un autre médicament. “Quand il y a des gens âgés de plus de 40 ans, les médecins disent qu’ils sont vieux alors que même des personnes adultes ont droit à la vie,” déplorent ces réfugiés. Ils ajoutent que si une personne a quitté le Burundi avec 50Kgs, actuellement, elle est à 30Kgs.

Ils réclament de retourner là où ils étaient bien soignés car à Lusenda rien ne va. Pour y arriver, ils réclament l’ambulance puisque les médecins leur disent qu’ils doivent y arriver par leurs propres moyens. Ils réclament leur ambulance puisqu’ils l’avaient auparavant. Ils demandent de recevoir une aide pour changer de vie.

Sur la question de bouillie, les responsables disent que les malades doivent se dépister de nouveau pour voir ceux qui doivent être priorisés. Ils regrettent alors que cet état des lieux leur cause grand problème car cette nourriture leur fait du bien avec la prise des antirétroviraux. Cela se fait suite à des quantités minimes de cette nourriture tant utile à ces séropositifs de Lusenda. Ils demandent que ceux qui sont chargés de cette question la vident dans les meilleurs délais.

La Rédaction.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *