La Fondation Joseph Nishirimbere, Un secours à l’éducation des Jeunes burundais réfugiés des pays voisins.

L’ enfant burundais, malgré l’exil , a droit à l’éducation. Comment pourraient-ils, ces jeunes réfugiés, faire face à la problèmatique du manque de moyen, afin de poursuivre leurs études? Voici un secours, un coeur de Charité, un soutien de la Fondation Joseph Nishirimbere, pour financer la scolarisation de ces jeunes burundais dans leurs différent pays d’exil en plus de l’assistance fournie à leurs familles.

La Fondation Joseph Nishirimbere, créée au Burundi depuis 2011, par les sept descendants du feu Joseph Nishirimbere, a repris son rôle de soutenir la scolarisation des jeunes Burundais, après l’interruption du 2015 dûe à la crise burundaise. Vu les problèmes de la vie, de nombreuses familles burundaises déplacées dans les differents pays voisins, ne parvenant pas à assurer la scolarisation de leurs enfants, Cette Fonfation Joseph Nishirimbere, depuis près que deux ans, assure un soutien aux enfants burundais exilés, surtout ceux des villes urbaines, car ils sont les plus touchés de ce problème de scolarisation.

Les deux ans passés,  cette Fondation a aidé plus de 500 enfants exilés de Kigali, ceux du primaire étant externe, et ceux du secondaire logeant à l’internat. En plus des frais de scolarisation, cette fondation offre aussi le matériel didactique, et assiste les parents afin qu’ils puissent assurer aux besoins quotidiens de leurs enfants en dehors de l’école.

Au camp de réfugié de Nakivale, en Ouganda, cette formation prenait en charge la scolarisation des jeunes réfugiés burundais, depuis Septembre 2018. 31 enfants, dont 16 de l’école primaire et 15 de l’école secondaire, issus de 11 familles pauvres, ont pu poursuivre les études, malgrès que l’année scolaire touchait à sa fin. Un nombre qui va s’élever à plus 200 nouveaux enfants en cette année.

Cette année de 2019, la Fondation Joseph Nishirimbere prévoit continuer son programme aux réfugiés burundais de la ville urbaine de Kampala, en Ouganda, avec un nombre compris entre 100 et 130 issus de 60 familles. La famille contribue 16% et la fondation en ajoute 84%, et cela en achetant du matériel scolaire, tels que les uniformes, les cahiers et les différents livres nécessaires, en plus du minérval. Le seul problème, auquel se heurte cette fondation, est de savoir les enfants les plus vulnérables, et qui ont besoin d’étudier, pour qu’ils soient les principaux.

Les familles bénéficiaires du soutien de la Fondation Joseph Nishirimbere témoignent leur joie de soulagement qu’elles ressentent, et remercient cette manne tombée du ciel qui est déscendue pour leur détacher de la masse lourdée sur leur tête pour la scolarisation des enfants. Et d’après le fondateur de cette dite fondatation, tout enfant doit étudier, que ce ne sont pas les moyens qui manquent. Il continue en lançant un appel à toute la société burundaise, de s’entraider afin d’avoir tous un avenir meilleur. Il termine en remerciant tout ce monde qui se donne à l’accomplicement de ce programme, ceux qui contribuent au choix des enfants et ceux qui sont toujours en contact avec les différents établissements que fréquantent ces jeunes réfugiés.

Suivez l’audio du reportage avec la Fondation Joseph Nishirimbere:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *