L’enseignement fait vivre les burundais exilés au Rwanda

Les réfugiés burundais utilisent leur capacité intellectuelle dans divers domaines de la vie y compris l’enseignement.

La vie des réfugiés burundais se veut d’un sacrifice et un courage pour se procurer du pain. C’est le cas de Nadine M refugiée qui a mis au monde un triplet que nous avons rencontré entrain de faire les travaux sur bulletins pendant cette période de fin d’année scolaire. Elle est enseignante à une des écoles maternelles de Kigali. Après une année de chômage sans possibilité de nourrir ce triplet à côté d’autres personnes qu’elle doit faire vivre, elle a postulé au poste d’enseignant et a pu réussir l’examen après sélection.

Arrivée au travail, Nadine M s’est habituée à ce métier malgré un long moment de chômage. ʺEnseigner dans une école maternelle a été facile pour moi car j’ai fait la pédagogie au Burundi où j’ai obtenu un Diplôme dans ce domaine,» précise-t-elle. Et d’ajouter que ce travail lui procure de quoi manger, le payement de son loyer etc.

Quant aux difficultés au travail notamment le système d’enseignement au Rwanda qui lui était nouveau pour elle, elle dit qu’elle s’est vite familiarisée avec ce nouveau système. Selon cette enseignante, il suffit de voir comment d’autres collègues font.

Comme le salaire est minime, l’accès au crédit n’est pas facile car la vie ici en exile est dure d’où l, impossibilité de planifier un projet vital.

Elle a donné conseil aux réfugiés qui méprisent le travail ou qui restent désœuvrés chez eux, qu’il faut bannir un tel comportement surtout les jeunes en vue de préparer leur meilleur avenir.

La Rédaction

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *