Les réfugiés burundais se créent des emplois.

Au lieu de croiser les bras et toujours compter sur l’aide de la HCR ; les exilés burundais gagnent leur vie grâce à leur propre emploi.

Le surnommé Van I. est un réfugié burundais qui vit au Camp de Kakuma à l’Est du Kenya. ʺEtant au Camp de Kakouma, j’ai trouvé la vie si difficile sans que je trouve une activité rentable. Alors, je me suis mis à réfléchir sur ce que je pouvais faire pour gagner ma vie,’ indique-t-il.

Et de continuer qu’il a eu une idée de se lancer dans le secteur cosmétique plus particulièrement dans la coiffure. Van nous a fait savoir qu’il a bénéficié d’un soutien d’une organisation CNR qui encadre les jeunes dans divers métiers comme celui de coiffure et il a choisi celui des dames.

Il dit qu’après une formation y relative, un bienfaiteur l’a aidé pour créer un salon. ‘J’ai suivi des cours de formation sur la coiffure pour dames pendant un momentʼ. Après ma formation, un bienfaiteur m’a soutenu pour créer un salon dénommé ‘Smart Salon’. Au début ce n’était pas facile mais actuellement cette activité lui fait vivre et les clients sont satisfaits conclut-il.

La Rédaction

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *