Mahama: La vie d’exil ne pourra jamais changer nos Rêves, Top Fashion Models de TFM

Des jeunes talentueux, créatifs, sûrement il y en a beaucoup dans le camp de réfugiés burundais de Mahama, au Rwanda. Parlons, ici, l’exemple de l’Agence Top Fashion Models, qui change les stéréotypes dans ce camp de réfugiés.

C’est lors de la visite de Madame Helena Christensen, une partisane de longue date du HCR – l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, qui s’est récemment rendue au camp de Mahama au Rwanda, pour rencontrer des réfugiés qui ont fui la violence et la persécution au Burundi. Là-bas, Christensen a photographié des mannequins qui veulent briser les stéréotypes de réfugié des médias mondiaux et a participé à un défilé de mode au camp. Ici, elle écrit à propos de sa visite: «Je marchais avec d’autres modèles – tous des réfugiés burundais – tous des membres de l’agence Top Fashion Models de TFM. Et ils sont bons. Mieux que bien, Ils sont super”.

Plein d’attitude et de confiance en soi. Ces jeunes, enfants du Burundi, sont impertinents, sexy et féroces. Et ils réfutent complètement l’image stéréotypée selon laquelle les réfugiés sont une masse monolithique de «nécessiteux»

TFM crée de la joie et de la camaraderie entre les modèles, une chose qui signifie amitié, amour, espoir, créativité pour eux. Il leur rend heureux de faire partie de quelque chose d’aussi spécial, même si certaines personnes se moquent d’eux lorsque ils s’ habillent et se promenent dans le camp!
Être dans un camp de réfugiés n’est pas facile, Ces jeunes réfugiés burundais du TFM veulent apporter bonheur et lumière à leur vies.
Mais ils font plus que simplement illuminer leurs jours, ils ont également un impact sur la communauté au sens large, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du camp.

Ils sont très courageux, tellement actifs. Ils ont déjà participé à la Fashion Week de Kigali. Ils font des efforts et s’exercent, en répétant leurs poses et leurs passerelles. Et ils travaillent avec d’autres membres de la communauté pour dessiner des dessins, sélectionner des matériaux, fabriquer des vêtements.
Souvent, ils n’ont pas assez d’argent pour acheter de nouveaux tissus, alors ils confectionnent des vêtements à partir de vieilles couvertures d’urgence recyclées de l’UNHCR, ce qui est loin d’être une mode.

Ce n’est pas seulement l’équipe de TFM qui fait preuve d’une grâce et d’une résilience exceptionnelles face aux difficultés quotidiennes que la grande majorité d’entre nous peut à peine imaginer, Tout le monde là bas défie cette image trop universelle et fausse, négative de ce qu’est un réfugié. Et Gisella, Guy, fondateurs de TFM, ainsi que toute cette famille de mode, sont en train de briser le stéréotype. Ils marchent et mènent la charge sur la nouvelle image de “réfugié“.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *