Panique des réfugiés de Nduta pour un refoulement forcé

Les réfugiés du camp de Nduta sont dans un climat de confusion, rester au camp ou rentrer au Burundi ; ils ne savent plus à quel saint se vouer.

Les réfugiés burundais vivant dans le camp de Nduta en Tanzanie ont fait un sit in mardi 31 juillet 2018 devant le bureau du Haut Commissariat pour les Réfugiés(HCR). Ils sont venus pour manifester leur mécontentement après que le gouvernement tanzanien ait annoncé qu’ils doivent retourner chez eux. Et d’ajouter que ceux qui ne voudront pas retourner au Burundi seront sévèrement chicotés comme ceux du camp de Mutabira. Ces réfugiés s’inquiètent alors de la décision de les faire rentrer par force ; une violation au principe de non refoulement consacré par l’article 33 de la convention des Nations Unies de 1951 sur le statut des réfugiés dont la Tanzanie a ratifié.

Cette décision de refouler ces réfugiés au Burundi sème un climat de confusion pour la plupart des réfugiés. Pour les parents, l’avenir de leur enfants qui fréquentent l’école est incertain car certains inscrivent leurs enfants à l’école et d’autres les retirent pour rentrer dans leur pays d’origine. ʺJe demande au HCR et à la Tanzanie de laisser la liberté de choix aux réfugiés de rentrer par leur propre gré au lieu de leur déstabiliser » a indiqué J. Niyoyankunze un réfugié du camp de Nduta.

Toutefois un responsable du HCR dans le cap de Nduta leur a demandé de retourner chez eux et qu’ils vont leur communiquer ultérieurement la décision qui a été prise. Il leur a rassuré que dans peu de jours ce problème sera résolu.

La Rédaction

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *