Pas d’espoir sécuritaire pour les réfugiés de la Tanzanie.

Les réfugiés de ce camp éprouvent de plus en plus de la peur ces derniers jours quand ce vendredi 24 mai 2019 des armes ont été trouvées comme nos informations le précisent. Comme celles-ci l’indiquent il s’agit d’un fusil de type mitrailleuse et de ses 200 cartouches ciblés dans la zone 8 et de deux sachets de 37 grenades saisis.

Selon toujours les mêmes sources, même si ces armes ont été trouvées, d’autres seraient encore cachées dans ce camp, ce qui fait peur à la population réfugiée dans ce camp.

Une autre situation qui ne plaise pas à ces burundais en situation difficile est que même si des fauteurs de trouble sont attrapés par les agents de sécurité, ils sont vite relâchés. Ce qui fait que des bavures sont vite commises par les mêmes  gens.

La sécurité des réfugiés est toujours perturbée dans la mesure où les réfugiés sont capturés, torturés et des femmes violées surtout quand ils se rendent chercher du bois de chauffage à l’extérieur du camp, ajoutent nos sources.

Un autre cas similaire que l’on pourrait signaler dans la même lignée est que  dans le camp de Nyarugusu, des filles et femmes ont été battues ce 24 mai 2019 par un policier civil, précisent nos sources. Cet état des lieux s’est passé quand ces réfugiées étaient alignées pour s’approvisionner en cotex et en savon et elles étaient tabassées sans savoir pourquoi, signalent-elles.

Parmi celles qui subissaient ce harcèlement, il y avait celles qui avaient des bébés et celles enceintes, ce qui pouvaient aggraver la situation, continuent nos sources. Ces réfugiées demandent au HCR de penser à leur sécurité quand bien même il n’y a pas de marché qui puissent fonctionner en sécurité. Elles estiment que leur vie est en danger d’autant plus que les agents se sécurité qui devaient les protéger sont eux qui les malmènent.

On se souviendra que pas mal d’organisation de la société civile crient au secours ces derniers pour que la sécurité de ces réfugiés surtout en Tanzanie soit revue.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *