Rwanda: Même infirme, elle travaille pour survivre.

Adelphine Nkoji est une femme réfugiée à Huye dans la ville de Butare au Rwanda et continue à travailler malgré son infirmité.

Cette femme burundaise qui a trouvé refuge dans cette circonscription rwandaise dit quʼau Burundi, elle était couturière. Mais arriver au Rwanda fuyant le Burundi et infirme puisquʼelle a un problème de jambe, elle nʼavait plus de machine à coudre. Pour pouvoir survivre, elle a opté de changer de métier car actuellement, elle prépare le savon liquide.

Selon elle, cette activité lui fait vivre. Dieu aidant avec le nouveau métier de savon liquide, elle a pu avoir une seule machine. Après, elle évoque quʼelle a cherché deux autres filles qui ont deux autres machines avec lesquelles elle sʼest associée. Ces deux filles ne savaient pas bien coudre mais elle dit quʼelle les a petit à petit formées tout en ajoutant dʼautres petites activités comme le perfectionnement des sous-plats provenant des bouchons.

 

Cette dame dit quʼelle et ces deux filles bénéficient un peu dʼargent qui les aide à vivre. Le problème qui subsiste est que dans le milieu où elles vivent, cʼest au fin fond du quartier et il nʼy a pas de circulation permanente. Toutefois, elle affirme quʼelles peuvent survivre avec de maigres moyens. Au Burundi cette femme avance quʼelle était seulement couturière mais elle a ajouté cette activité de préparer le savon liquide.

Elle lance un appel à dʼautres gens malgré leur infirmité de toujours vaincre la paresse puisquʼau niveau mental, il nʼy a pas de problèmes. Elle affirme que travailler comme quelquʼun sans infirmité, cʼest impossible mais faire ce quʼon peut, cʼest important pour pouvoir survivre et même vivre au pays dʼexil.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *