#Rwanda: Pour un remboursement de la dette contractée.

La Maison Shalom Oasis of Peace octroie des crédits aux réfugiés burundais des villes du Rwanda. Malheureusement, certains ne remboursent pas.

Marguerite Barankitse, burundaise, fondatrice des “Maisons Shalom”, qui recueille des enfants victimes de la guerre

La Maison Shalom Oasis of Peace sise à Kicukiro octroie des crédits aux réfugiés burundais situés dans les villes du Rwanda depuis septembre 2015. Comme nos informations le relatent, pour que ces Burundais en situation difficile puissent monter de petits projets, ils se regroupent en groupe de 5 à 15 personnes. Selon toujours la même source, ces crédits se remboursent sans intérêt et cela au cours de 12 mensualités.

Une inquiétude qui s’observe aujourd’hui, c’est que certains réfugiés ne remboursent pas, s’indigne Marguérite Barankitse représentante de Maison Shalom. Selon elle, il y a parmi ceux-là, une femme qui a contracté autour de 5 millions et qui a fait un restaurant. Mais elle n’a pas remboursé et elle s’est envolée pour le Canada.

Un autre à en croire Mme Barankitse, c’est un homme qui a investi dans le traitement de l’eau, lui aussi a disparu sans rembourser. Ceux qui ont des moyens sont les premiers à ne pas retourner l’argent prêté, déplore la représentante de la Maison Shalom. Fuyant la médiocrité au Burundi, c’est regrettable que les gens la pratique ici en milieu de réfugié.

Les montants remboursés servent normalement de crédits à d’autres réfugiés comme nos sources sur place le précisent. Parmi les réfugiés qui ont contracté la dette, il y en a ceux qui ont déjà remboursé et d’autres qui ne l’ont pas encore fait. Nos sources indiquent que 900 personnes ont déjà bénéficié de cette dette. Et d’ajouter que 60% de ces réfugiés ont déjà retourné l’argent mais Marguérite Barankitse lance un cri d’alarme pour que d’autres remboursent l’argent prêté.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *