Tanzanie: 40 jours pour traquer les malfaiteurs aux alentours du camp de Nduta.

L’Etat Tanzanien vient de donner une période de 40 jours pour sécuriser le camp de Nduta mais les avis des réfugiés sont diversifiés à propos de cette décision.

Il y a un bon bout de temps que les réfugiés du camp de Nduta éprouvent de la peur à cause des groupes armés qui circulent autour de la réserve naturelle de ce camp comme nos informations le relatent. Ils se promènent avec des armes et une fois que les réfugiés sortent de ce camp, ils sont tabassés à mort, torturés et même des cas de disparition sont évidents comme nos sources le précisent encore une fois.

Face à cette situation, on vient d’entendre que le gouvernement Tanzanien a opté de donner 40 jours pour mettre fin à cet état des lieux malsain. Trois camions des forces de l’ordre sont mis aux alentours de ce camp pour veiller à la sécurité des réfugiés du camp de Nduta, continuent nos sources sur place.

Un ordre a alors été lancé de ne plus sortir du camp durant cette période de 40 jours pour les réfugiés y résidant. Pour ces Burundais en situation difficile, c’est un lourd fardeau selon une dame qui s’est exprimée. Selon elle, les champs de riz et d’arachides étaient au bout d’être récoltés mais tous les grains seront tombés par terre et vont se pourrir à terre. Elle se demande alors comment la vie sera conduite quand les réfugiés devaient se rendre à l’extérieur pour leurs activités champêtres.

Un autre réfugié de sexe masculin qui lui aussi a réagi, dit être satisfait par cette mesure Tanzanienne de traquer ces hommes en armes car, ils sont nuisibles à leur sécurité. Il avance que les problèmes sont nombreux pour eux et que la première chose est la tranquillité. Il remercie alors l’Etat Tanzanien pourvu que cela réussisse.

On notera que ce soit à Nduta, Mutenderi et Nyarugusu la question sécuritaire reste préoccupante pour les réfugiés Burundais. Ce qui perturbe la sécurité selon des sources sur le lieu seraient en étroite collaboration avec le gouvernement Burundais. Et les réfugiés restent pessimistes à en croire leurs dires au rétablissement effectif de leur sécurité.

 

Reportage en Kirundi avec Jean Ndikumana

One Comment on “Tanzanie: 40 jours pour traquer les malfaiteurs aux alentours du camp de Nduta.”

  1. La décision prise par le gvt tanzanien est tout à fait normale et aussi qu’on s’arrage d’ordonner ceux qui peuvent accompagner des réfugié(e)s ayant des champs à l’extérieur du camp arrivant à récolter. Et cette deuxième opinion est entendue parceux qui savent dequoi la faim et plus précisement à qui auraient pu vivre dans une situation campus. Merci !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *