Tanzanie:Difficultés pour les coiffeurs de Nyarugusu d’exercer leur métier

Comme d’autres réfugiés des camps divers; ceux de Nyarugusu entreprennent un peu mais connaissent des problèmes.

C’est un jeune burundais qui vit au camp de la Tanzanie. Il a commencé le métier de coiffure depuis 2015 au Burundi. Quand il a fui vers la Tanzanie, il dit qu’il s’est organisé pour continuer son travail. Il a signifié que ce n’est pas facile car il n’y a pas de clients suite à la fermeture du camp au monde extérieur. Selon lui, ce sont eux qui faisaient partie de sa clientèle.

Un autre handicape dans son métier est que les gens du camp peuvent voler sa machine suite à la pauvreté qui est une réalité dans ce camp. ʺMais, même si cela existe, j’interpelle mes amis réfugiés de ne pas croiser les bras et de voir comment ils peuvent s’occuper car tu peux même manquer du savon,» dit-il.

Tout ce qu’il demande à l’Etat tanzanien est de ne pas malmener ceux qui peuvent avoir à faire. Et aux ONGs de doter aux coiffeurs par exemple des appareils et fournir l’électricité dans les endroits où ces activités se font.

La Rédaction

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *