Difficulté d’éducation pour les enfants réfugiés en Ouganda.

Le CREDEJ annonce une fréquentation limitée des enfants burundais réfugiés dans les écoles suite au manque de moyens.

D’après une étude menée fin 2018 par le Centre pour le Renforcement de l’Education du Développement de la Jeunesse (CREDEJ), l’éducation des enfants réfugiés n’est pas effective. Car selon, cette organisation de la société civile qui ne vise pas les intérêts politiques, seul 47% se situant entre 4-32ans ont pu accéder à l’école et le reste pas encore.

Comite CREDEJ

Félix Ndacayisaba  vice-président de cette organisation avance que cet état des lieux est dicté par la pauvreté des familles qui ne peuvent pas payer les frais de scolarisation. A en croire celui-ci, cette faible affluence dans l’éducation se situe au niveau primaire, secondaire et universitaire.

Ndacayisaba insiste pour que l’Etat ougandais et le HCR s’investissent pour relever le niveau de vie des parents réfugiés. Selon lui, une fois la vie un peu rehaussée, ils pourront mettre leurs enfants dans les écoles de ce pays.

Felix NDACAYISABA ,Vice President _CREDEJ

Une petite fille réfugiée témoignant du nom de Deborah indique avec regret qu’elle n’a pas de facilité d’aller à l’école avec ses frères et sœurs car avec un seul parent, rien ne les permet pas de prendre le chemin de l’école. Elle demande alors à tous ceux qui peuvent aider de le faire afin qu’ils aillent à l’école. Car selon elle, sans école, il n’y a pas d’avenir.

Cette étude a été alors menée dans les camps de Nakivale, Kyaka 2 et Kampala par le CREDEJ regroupant les réfugiés de l’université du Burundi et les  spécialistes de l’éducation burundaise réfugiés en Ouganda.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *