Tanzania Nyarugusu : Un harcèlement continuel des réfugiés à Nyarugusu

Droit à la stabilité des réfugiés dans les camps en Tanzanie est en général bafoué. Le Camp de Nyarugusu était la cible ce matin.

C’est exactement dans les heures de midi que la police tanzanienne est entrée à l’intérieure du camp de Nyarugusu pour malmener les réfugiés burundais. Cette police a détruit les plaques solaires et des antennes paraboliques pour ceux qui avaient pu installer ces appareils.

Les réfugiés disent que c’est regrettable puisque l’électricité qui avait été distribuée au camp n’était pas suffisante pour tous ; et certains s’étaient organisés pour en avoir. La police a fait cette opération quand les occupants de ces maisons étaient à l’extérieure du camp pour diverses activités.

A l’heure de midi passé ; beaucoup d’appareils de ce genre étaient déjà détruits. La police a débuté cette opération dans la zone neuf du camp et c’est une alerte totale à l’intérieure car les occupants ont informé d’autres qui vivent loin de cette zone.

Après, dans les heures de 14 heures, un communiqué du représentant du ministère de l’intérieur tanzanien a circulé arguant que ceux qui ont pris ces appareils sont des voleurs à poursuivre. Ce qui a semé la confusion au sein du camp puisque ces Burundais ne comprennent pas comment la police qui était chargée de protéger les biens des personnes pourrait être étiquetée de bandits ?

Cela arrive quand hier le numéro deux du HCR au niveau mondial était dans le camp de Nduta pour une réunion. Cette rencontre avait réuni les représentants des zones et les tanzaniens qui travaillent dans le camp, MSF et l’Unicef mais l’issu n’a pas été communiqué. Selon les informations dignes de foi, les débats ont tourné autour du harcèlement dirigé contre les réfugiés burundais et beaucoup d’autres questions les hantant.

La Rédaction

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *